Neuf officiers de l’armée nigérienne ont été arrêtés en début de semaine après un coup d’Etat déjoué, a annoncé samedi le ministre de l’Intérieur, Hassoumi Massaoudou.

Ces militaires ont « projeté de faire leur action le vendredi 18 décembre au retour » à Niamey du président Mahamadou Issoufou des festivités du 57e anniversaire de la République, qui se sont déroulées à Maradi dans le centre du pays, a expliqué M. Massaoudou.

Les officiers arrêtés seront présentés devant un tribunal militaire.

Selon le ministre nigérien de l’Intérieur, les putschistes présumés étaient « suivis depuis près d’un mois » et le coup de force a été « conjuré grâce à la loyauté » de certains militaires « qui rendaient régulièrement compte de la progression du projet« .

Trois militaires importants figurent parmi les neuf arrêtés. Le général Souleymane Salou, 62 ans, ancien chef d’état-major, le colonel Idi Abdou Dan Haoua, commandant de la base aérienne de Niamey, et le commandant Naré Maidoka, chef du 1er Bataillon d’Artillerie de Tillabéri, une ville située à une centaine de kilomètres à l’ouest du pays et proche de la frontière avec le Mali.