Voilà donc une panoplie de souris petites et grandes dans les rôles et les situations les plus variées. Avec un « Mickey Marchant » de Rémy Samuz (ci-contre, à gauche), silhouette structurée de fils de métal entremêlés et noués. Avec un « Mickey Roi » d’Eugène Glèlè (ci-dessus), fait de métal et d’argile, inspiré de l’art traditionnel africain, au sourire large et blanc fait de cauris, ces petits coquillages blancs.

Afrique - Mickey - 3Un autre Mickey trimballe parapluie, poussette, peluches d’autres personnages Disney et poussette rouillée, tel un sans-abri. Mickey est tour à tour une divinité, un cultivateur, un capitaine ou le pion d’un jeu de société.

Le voilà donc bien loin des Etats-Unis, son pays d’origine. Sauf peut-être avec la création de Gérard Quénum (ci-contre, à droite), « Collègues américains » où Mickey et Donald sont des agents de police au corps d’amphores. Et puis, il y a tout simplement « Mickey » de Niko (ci-dessous), cette souris de taille humaine au pantalon de tissu africain et à la tête gigantesque et aux oreilles (forcément) volumineuses.

Afrique - Mickey - 2L’exposition  »Mickey au Bénin » se tient du 9 septembre au 4 octobre à la Galerie Vallois Sculptures au 35, rue de Seine, Paris VI. La Galerie est ouverte le mardi et le samedi de 10 à 13 heures et de 14 à 19 heures.