La thèse de la bombe avait été formulée ce mercredi 4 novembre par la Grande-Bretagne. Les services secrets américains vont désormais également dans ce sens et déclarent que le crash serait   « vraisemblablement » dû à une bombe installée par l’État islamique ou un groupe affilié.

« Nous avons le sentiment qu’une bombe a été plantée dans les bagages ou ailleurs dans l’avion. L’État islamique ou un groupe affilié aurait agi depuis l’aéroport de Charm el-Cheikh », ont rapporté les services secrets – qui tiennent à souligner que leurs conclusions ne sont pas encore officielles.

L’organisation Etat islamique a par ailleurs réaffirmé ce mercredi être à l’origine de ce qui serait un attentat sans toutefois en préciser le mode opératoire.

La catastrophe aérienne le 31 octobre est la pire qu’ait jamais connue la Russie, tuant 224 personnes. Les causes du crash de l’Airbus A321 de la compagnie charter russe Metrojet n’ont pas encore été élucidées.

Au Caire, les enquêteurs espèrent que l’examen des boîtes noires permettra de trancher entre les deux hypothèses envisagées pour expliquer cette catastrophe : l’attentat ou l’accident technique.